Espace
vidéos

La communication

Un des aspects les plus éprouvants de la maladie d'Alzheimer est sans doute le problème de la communication. En effet, autant pour le malade que pour ses proches, l'incapacité à communiquer rend la vie très difficile. Pourtant, il existe différents « trucs et méthodes » qu'il est possible d'appliquer afin d'améliorer la communication entre l'aidant et le malade d'Alzheimer.

Tout d'abord, essayez de :

  • Parler face à face avec le malade et de le regarder dans les yeux pendant toute la conversation.
  • Montrer une attitude d'écoute
  • Parler de façon lente et rassurante
  • Utiliser des phrases simples et concises.
  • Ne pas interrompre le malade lorsqu'il parle et surtout éviter la critique et l'argumentation
  • Faire des phrases affirmatives comme « Allons dehors » plutôt que négatives : « N'allons pas par ici»,
  • Si vous parlez d'une tierce personne, rappelez souvent son prénom
  • Proposer des suggestions plutôt qu'un choix complet
  • Ne poser à chaque fois qu'une seule question et de lui laisser un temps de réflexion avant de répondre
  • Montrer beaucoup d'empathie, et de patience
  • Utiliser le toucher et les démonstrations d'affection

 

Ensuite essayez d'éviter :

  • D'infantiliser le malade
  • De confronter ou de contredire le malade
  • De parler du malade comme s'il était absent

 

Au quotidien, la maladie d'Alzheimer n'est pas facile à gérer. Néanmoins, en suivant ces conseils, et surtout si votre proche en est au début de sa maladie, vous devriez pouvoir l'accompagner dans les meilleures conditions. Attention néanmoins à éviter certaines choses : faire les gestes à sa place, changer ses habitudes ou bien l'infantiliser à outrance.
Sachez que chez un malade atteint d'Alzheimer, même si la raison est altérée, les émotions restent très vivaces même lorsque la maladie en est à ses derniers stades. Votre proche continue à ressentir de la colère, de la joie ou de la tristesse même si l'on ne s'en aperçoit que très rarement.